IL ÉTAIT UNE PLUME… 14 auteurs 14 nouvelles

Ce recueil de nouvelles, publié par l’association LES PLUMES INDÉPENDANTES, réunit 14 auteurs et 14 nouvelles sur le thème de la plume…

Je l’ai lu avec beaucoup de curiosité, d’intérêt, de surprise, de passion même. Certaines de ces nouvelles sont de véritables coups de cœur. J’ai apprécié l’ensemble, je le dirai à travers les impressions que ces lectures ont suscitées en moi.

J’ai lu avec enthousiasme la nouvelle « PLUME MANQUANTE » de Loli Artésia, c’est même un de mes coups de coeur. Entre mystère et merveilleux, Loli Artésia a réussit à créer un univers poétique, onirique, mêlé de lumières et d’ombres, qui est aussi et surtout une admirable métaphore de la réalité… Ce texte pourrait sans doute figurer un très beau livre pour enfant : un conte qui donne à penser, à rêver, un conte autant pour adultes que pour enfants. J’y ai retrouvé quelque chose de l’univers du Petit prince de Saint Exupéry.

J’ai été infiniment touché par la nouvelle « PLUME SOLITAIRE » de Audrey Martinez, peut-être parce-que j’ai trouvé de multiples raisons de m’identifier au héros de cette nouvelle infiniment touchante. Je me suis autorisé à lire avec une petite larme (de nostalgie ou de bonheur) au coin de l’oeil (celles et ceux qui me connaissent bien comprendront pourquoi). L’émotion amoureuse fait partie intégrante de la vie d’un écrivain.

LA PLUME DE LA HARPIE de Erika Boyer évoque ces histoires que les enfants se racontent le soir, dans le noir pour frissonner après une longue promenade en forêt. À lire ce conte j’ai éprouvé ce sentiment que j’éprouve face à un romantisme à la George Sand et quelque chose qui évoque aussi ce style auroral des auteurs du début de XXe siècle (Le Grand Meaulnes d’Alain Fournier par exemple).

PLUME NOIRE de Lou B Simone raconte la fragile construction d’un jeune homme africain, écartelé entre sa culture, peule, et ses désirs d’ailleurs et d’autrement. Ce récit, dont la fin pourra paraître sombre, est l’une de mes très belles découvertes.. Il conduit à se penser et approfondir les relations entre Afrique et Europe, entre valeurs et cultures différentes, entre clôture et ouverture, la fin tragique amènera chacun à penser son rapport à autrui, à prendre le temps d’écouter et de comprendre.

La nouvelle « LETTRES EN HÉRITAGE » d’Agnès de Cize mérite qu’on s’y arrête. Je l’ai lue avec l’impression de lire un immense roman, c’est un récit court par la taille, relatant une longue histoire familiale faite de zones d’ombres de mémoire et d’oublis…

À LA PORTE… est signé par l’auteur le plus discret du livre (juste une initiale et un signe de ponctuation : G !). Ce conte original et poétique est une belle invitation à réécouter la musique d’un certain L. V.B.

« À HUE ET ABYSSE » d’Attila Valpinson nous fait entrer dans un univers d’une immense originalité qui peut susciter une lecture poétique où on se laisse porter par les mots, par leurs rythmes encore plus que par leur sens : mais cette nouvelle aura plus d’une significations pour qui prendra le temps de s’y attarder…

ÉCHOS signé Antoine Delouhans est un récit de type autobiographique, est-il réel ? Est-il romancé ? On ne se pose pas la question car on est entraîné par sa sincérité, sa simplicité, sa belle humanité. Peut-être que ce court récit se transformera-t-il un jour en un long roman ?

MA PREMIÈRE PLUME de Chris Red saura certainement plaire à de nombreux lecteurs par le thème choisi : les amérindiens, le rapport à la nature…

Dans LA LÉGÈRETÉ DU NON-ÊTRE, Tia Wolff suggère plus qu’elle ne souligne. L’imagination du lecteur s’y glisse pour y brosser sa propre histoire.

Frany Jane Cavalier dans COMMENT LE CHIEN APPRIVOISE UNE PETITE PLUME nous offre une belle illustration du fait que le chien est l’un des meilleurs amis des enfants.

Le recueil se termine sur les nouvelles de Flore Avelin (PLUME) et Hilda Alonso (VORTEX) qui nous entraînent dans le monde de la nuit et de la danse avec des points de vue bien différents mais dans un univers où flirtent ensemble le féminin, le mystère et le fantastique.

Je ne dirai rien de PLUME REBELLE qui ouvre le recueil, chacun comprendra pourquoi (il est signé Pierre Thiry) vous voudrez bien m’en excuser…

Chacune de ces nouvelles augure certainement chez chacun de ces auteurs, de nombreux autres écrits, plus amples, plus développés : de nouveaux livres à venir. Nous les attendons avec impatience.

Vous pourrez découvrir ce recueil IL ÉTAIT UNE PLUME

Le dimanche 16 Septembre au Salon des écrivains Normands à Rouen (Normandie)

Le dimanche 30 Septembre au Salon des plumes indépendantes à Captieux (Aquitaine).

Pour acheter ce recueil cliquez ici.

Publicités