Le défi de Bouilhet à Flaubert…

En parcourant la presse dans les collections Gallica BnF…

Faits divers littéraires

Madame Bovary et Madame de Montarcy...

Le 19 novembre 1851, Gustave Flaubert commençait à écrire Madame Bovary. Un roman qui allait nécessiter six ans de travail avant sa publication qui n’intervendrait qu’en 1857 (après une première publication, par petits morceaux, sous forme de feuilleton, dans la Revue de Paris du 1er Octobre au 15 décembre 1856). Il avait été « invité » à le faire par son ami Louis Bouilhet qui le mettait au défi d’écrire un roman qui soit une « oeuvre d’art » à partir d’un « fait divers ».

Louis Bouilhet allait attendre un peu moins longtemps que son ami Gustave Flaubert pour accéder à la gloire littéraire par sa poésie (il avait publié Meloenis, conte romain en 1851) mais aussi sur le terrain du fait divers, au théâtre, en relevant à sa manière le défi qu’il avait lancé à Flaubert… C’est une bonne raison pour revenir aujourd’hui sur ce poète un peu oublié qui fut conservateur de la Bibliothèque Municipale de Rouen, une trace en reste à l’angle sud est du Bâtiment qui abrite cette vénérable institution. Il était né à Cany-Barville (sous-préfecture de Seine-inférieure) le 27 mai 1821 et il est mort à Rouen le 18 juillet 1869 après avoir connu quelques instants de gloire sous les projecteurs parisiens…

70776123_2543071145745168_2767613922667134976_n

Statue de Louis Bouilhet (1821-1869) à l’angle de Bibliothèque Patrimoniale de Rouen

Louis Bouilhet allait obtenir la consécration auprès du public parisien  grâce à sa pièce Madame de Montarcy créée le 6 novembre 1856 au « Théâtre Impérial de l’Odéon ».

fullsizeoutput_165Illustration « Madame de Montarcy » 1856. Document Gallica BnF

Avec son drame en vers Madame de Montarcy Louis Bouilhet avait reçu les honneurs d’un véritable succès auprès de la critique et du public. Sa pièce avait été programmée durant soixante-dix représentations lors de la saison 1856-1857 sur la scène du Théâtre de l’Odéon, « le deuxième théâtre français » (précisait la page de garde de la deuxième édition de la pièce). Dès les premières scènes Bouilhet charmait le spectateur avec le rythme entraînant de ses alexandrins:

MAULÉVRIER
"Toujours gai! toujours fou! les passions sur toi
Glissent légèrement comme l'eau sur un toit!"
Louis Bouilhet, Madame de Montarcy, Acte I scène III

L’intrigue tenait en cinq actes et relevait de la fantaisie pure en partant de faits historiques réels : l’amour qui liait le vieux Louis XIV à une Madame de Maintenon qui n’était plus toute jeune, la passion de la jeune Duchesse de Bourgogne pour Maulévrier… On se souvient que l’influence de Madame de Maintenon avait poussé le Roi dans les bras des dévôts, le conduisant notamment à supprimer la tolérance religieuse envers les Protestants, en abrogeant l’Édit de Nantes qui avait fait la gloire d’Henri IV. Dans la pièce de Louis Bouilhet, le parti des Ducs imagine donc de faire échouer le parti des Dévôts en remplaçant Madame de Maintenon par la jeune et jolie Madame du Rouvray épouse de Monsieur de Montarcy. Madame de Montarcy est nommée Dame d’honneur de la duchesse de Bourgogne par Louis XIV avec la mission d’espionner la Duchesse. Madame de Montarcy est trop vertueuse pour être espionne et pour trahir la Duchesse de Bourgogne. Loin de la trahir, elle devient même la confidente de ses amours… Par son attitude Madame de Montarcy impressionne et charme le vieux Louis XIV qui nomme son mari Colonel. Va-t-elle devenir la maîtresse du Roi ? Monsieur de Montarcy (son époux) se l’imagine. En recevant son brevet de Colonel il soupçonne une liaison entre sa femme et le vieux Louis XIV. Cette jalousie est de plus alimentée par celle de Madame de Maintenon…. Dans sa fureur il veut tuer non seulement son épouse mais aussi… …Louis XIV… Il en est dissuadé par le père de Madame de Montarcy : le baron du Rouvray qui le convainc que tuer le Roi risque de mener aux pires drames : le chaos politique. Monsieur de Montarcy renonce alors à assassiner Louis XIV mais demeure résolu à faire mourir sa femme. Il veut la convaincre de s’empoisonner elle-même. Celle-ci refuse. Elle proteste qu’elle n’a commis aucune faute puis sous la pression de son mari, elle se décide avec panache à commettre cet acte irréparable… Ému, son époux s’empoisonne alors à son tour, pris de remords et convaincu à présent que sa femme est innocente…

On le voit, Louis Bouilhet avait appliqué dans cette pièce le conseil qu’il avait donné à Flaubert pour la rédaction de Madame de Bovary : s’inspirer de la page des faits divers les plus sordides (femmes battues, maris jaloux) publiés par les journaux… Ces derniers, les journaux, firent donc un accueil triomphal à Madame de Montarcy. Laissons leur la parole en explorant cette ressource formidable que constitue les collections numériques Gallica BnF…

Taxile Delord dans Le Charivari du 8 Novembre 1856 écrit « Franchement ce drame n’a pas le sens commun, mais le sens commun n’est nullement indispensable pour réussir au théâtre. La grâce, l’esprit, la poésie, le mouvement y suppléent souvent. Les personnages de M. Bouilhet n’ont ni les mœurs, ni les idées, ni les sentimens, ni le langage de leur époque, ils vivent néanmoins par une certaine passion, par une ardeur particulière qui sont dans l’intelligence du poète lui-même. A l’histoire il n’a pris que des noms, Louis XIV, Mme de Maintenon, d’Aubigné, Maulévrier, la duchesse de Bourgogne, et de ces noms il a fait des personnages à sa guise, marchant un peu à la débandade. Comme un essaim confus d’histrions en voyage [... ]Tout cela n’empêche point le drame de M. Bouilhet d’intéresser par la variété de scènes et des acteurs, d’émouvoir quelquefois par le pathétique des situations et de charmer toujours par l’éclat de la poésie. »

J. Maret-Leriche dans Le Nouvelliste, du 8 Novembre 1856 renchérit: « Avant tout, M. Bouilhet est un poète sérieux, neuf et puissant autant qu’il est peintre passionné quand il s’agit de tracer des caractères, et ceux de Louis XIV, de Mme de Maintenon, de M. et Mme de Montarcy lui font le plus grand honneur en donnant de lui l’idée d’une valeur de premier ordre. Les artistes se sont surpassés ; le style splendide et fort de notre jeune auteur les a portés, mais ils ont eu le mérite de se maintenir dans es hautes régions littéraires. »

Critique excellente dans Le Pays journal de l’Empire du 10 Novembre 1856

Le_Pays___journal_des_[...]_bpt6k4650930v_1

Pour T. Thibout dans L’Éventail : journal des théâtre, de la littérature et des modes du 16 novembre 1856  Il n’y pas de pièce : l’intrigue y est minimale.

L'Éventail___journal_des_théâtres_[...]_bpt6k6150704w_1-2

L'Éventail___journal_des_théâtres_[...]_bpt6k6150704w_1

 « Donc, de pièce, presque pas… Mais de littérature, mais de poésie… ventre saint-gris ! C’est autre chose ! Du premier bond, M. Louis Bouilhet se place au faîte de la littérature moderne. — On m’avait bien dit que le poëme de Maelenis du même auteur était un petit chef-d’oeuvre, je l’avais cru, mais auijourd’hui, je crois plus, j’affirme que M. Bouilhet a de l’élégance, de la précision, de la force dans la pensée ; et je le place avant M. Ponsard, comme poëte et comme ciseleur, je devrais dire comme orfèvre de l’esprit. Il y a dans les cinq actes de la Montarcy, quelques centaines de vers tout bonnement admirables ; le reste est pur correct et n’a pas la moindre senteur de l’école du bon sens… Les caractères sont faux, mais leur fausseté est rendue avec tant de vérité, que le public est sous un charme inconnu ; il néglige de fond du drame pour ne s’occuper que de la forme... et ma foi, aura beau crier qui voudra, Madame de Montarcy est un succès immense !.. »

Figaro___journal_non_politique__bpt6k2695229_1

B. Jouvin dans sa rubrique Théâtres publiée dans Le Figaro du 16 novembre 1856 est beaucoup plus dur que ses collègues dans une critique à la prose très parisienne mais il loue tout de même le poète Bouilhet :

« Poètes, écrivains, journalistes, ont salué, dans un cœur enthousiaste à l’unisson, l’avénement de M. Bouilhet au théâtre. Cette entente cordiale, cette unanimité dans la louange pouvaient à bon droit, paraître suspectes, car, de temps immémorial, parmi les lettrés, on n’admire à l’envi que ceux que l’on peut regarder sans envie, et l’on ne porte en triomphe que les gens qui sont dans l’impossibilité de marcher. Mais que M. Bouilhet se rassure : il est loin d’être un cul-de-jatte, et, d’ailleurs, les jambes sont-elles bien nécessaires à qui a des ailes ? Son succès est mérité, du moins, en partie et il peut ajouter foi, pour la moitié à la grande réputation qu’on lui a faite. En supposant que Madame de Montarcy soit au-dessous de l’éloge un peu tapageur qui lui a été décerné tout d’une voix, en revanche, Meloenis et quelques productions antérieures du poètes n’ont peut-être pas été assez remarquées, et il est raisonnable de voir dans la réussite du drame qu’une tardive compensation accordée au livre. »

Jules Janin dans Le Journal des débats politiques et littéraires du 10 Novembre 1856 publie une longue et belle critique

Journal_des_débats_politiques_et_[...]_bpt6k451075k_1-2

À travers ses critiques et ses chroniques de théâtre d’il y a plus de cent-cinquante ans, transparaissent les choix esthétiques et les débats d’idées qui agitaient le monde littéraire en ce milieu du XIXe siècle. En se décidant pour un sujet banal, sans importance (Louis XIV et sa cour) Louis Bouilhet se plaçait dans le courant de « l’art pour l’art » obéissant au cahier des charges que Flaubert s’était donné lui aussi pour écrire Madame Bovary : écrire un roman sur « rien » et travailler le style d’écriture jusqu’à son point d’aboutissement plus esthétique, avoir une ambition poétique et artisitque avant toute chose.

En choisissant la cour de Louis XIV (un sujet qui n’était pas « neutre » pour tout le monde), Louis Bouilhet offrait toutefois le flanc à la critique des partisans de la modernité, ou des anciens « quaranthuitards » favorables aux idées révolutionnaires. Ce fut par exemple le cas de Henri Lefort dans son « Épitre à Louis Bouilhet » (1856):

« Oubliez les palais, les rois, les courtisans 
Pour les hommes du peuple, ouvriers, paysans. 
Montrez-nous ce qui bat d’espoir et de souffrance 
Dans le cœur de ces gueux , le vrai cœur de la France. 

Dans le peuple puisez vos inspirations, 
Dites-nous ses douleurs, ses mœurs, ses passions, 
Ses luttes, ses amours, ses vertus et ses crimes ; 
Vivez dans ce milieu plein de drames sublimes. »

Le drame sublime de « Madame de Montarcy » eut cependant une gloire flamboyante et éphémère, ce qui invite à réfléchir sur les raisons toutes relatives de la réception par le public des œuvres littéraires.

Les représentations de Madame de Montarcy furent un succès critique et un succès public lors de la « rentrée théâtrale » de 1856, une consécration pour son jeune et prometteur auteur Louis Bouilhlet. Aujourd’hui tout le monde (ou presque) a oublié cette pièce… À la publication de Madame Bovary, Gustave Flaubert eut droit à un retentissant procès et aujourd’hui presque tout le monde connaît ce roman…

La gloire littéraire emprunte parfois d’étranges chemins…

Pour en savoir plus sur Madame Bovary et Gustave Flaubert

La Compagnie des auteurs sur France-Culture consacrée à Madame Bovary

Gustave Flaubert, Madame Bovary Michel Lévy 1857 Document Gallica BnF

Pierre Thiry, Le Mystère du pont Gustave-Flaubert, BoD, 2012

Bibliographie à propos de Louis Bouilhet

Albert Ango, Un ami de Flaubert: Louis Bouilhet, sa vie, ses oeuvres (1885) un document Gallica BnF

Étienne Frère, Louis Bouilhet, son milieu, ses hérédités, l’amitié de Flaubert (1908) document Gallica BnF

Henri Lefort En avant! Épitre à Louis Bouilhet Auteur de Mme de Montarcy (1856) une amusante critique versifiée et rimée document Gallica BnF

Quelques oeuvres de Louis Bouilhet

Louis Bouilhet, Meloenis, conte romain (in Revue de Paris) 1851. Document Gallica BnF

Louis Bouilhet, Madame de Montarcy, 2e édition 1856, dans les collections numériques de la bibliothèque de Munich (Allemagne)

Louis Bouilhet, Dernières chansons (avec une préface de M. Gustave Flaubert) 1872 Document Gallica BnF

Louis Bouilhet, Festons et Astragales, Melaenis, Dernières chansons, Lemerre 1891 Document Gallica BnF

 

 

Emmène-moi au cinéma a lu Le Mystère du pont Gustave-Flaubert

 

LeAmandine du blog Emmène moi au cinéma s’est lancée dans l’aventure de la lecture du Mystère du pont Gustave-Flaubert  et a publié un compte rendu de son exploration trépidante, extraits:«…J’avais envie de le lire mais une fois plongée dedans, les débuts furent difficiles.[…] Néanmoins dans mon bureau sans fenêtre, j’ai vu quand même la mer, le port de Rouen et ses sublimes bateaux. Charles en bon matou […] la belle Salammbô sur sa moto […] il est bon parfois dans un roman de ne pas toujours savoir où on va […] se laisser aller et s’imprégner de la musicalité des mots, de la fantaisie. Et se laisser porter tout simplement et qui sait ce qu’on peut y découvrir…» Pour lire cette chronique en intégralité cliquez ici.

Pour lire d’autres avis de lecture  cliquez à cet endroit. 

Pour acheter Le Mystère du pont Gustave-Flaubert en librairie cliquez par ici.

Pour acheter Le Mystère du pont Gustave-Flaubert sur leslibrairies.fr cliquez sur ce lien.

Pour acheter Le Mystère du pont Gustave-Flaubert sur amazon.fr cliquez là.

Impressions d’Ici & eau d’ailleurs Concert de Clôture.

Côté Rouen n*122. page 7Le Café Librairie Ici & ailleurs 31, rue Damiette à Rouen accueille

Le Concert de clôture de l’événement «Impression d’Ici & eau d’ailleurs » 

Les textes produits lors des ateliers d’écriture au Café Librairie Ici & ailleurs en avril mai juin 2013 font l’objet d’une « mise en musique » par les élèves de composition de la classe de Jean-Philippe Bec du Conservatoire à rayonnement régional de Rouen. Comment les musiciens ont-ils entendu les textes que nous avons produits? C’est ce que vous découvrirez lors de ce concert…
Cette soirée sera mise en espace par Ulrich N’Toyo. Si vous souhaitez y assister, confirmez votre venue auprès du Café Librairie au 02 35 62 18 46.

A noter les 1er 2 et 3 novembre je vous propose trois séances d’ateliers d’écriture également au Café Librairie Ici & ailleurs pour en savoir plus et participer cliquez ici.

 

ChezCookies vous invite à lire Le Mystère du pont Gustave-Flaubert

entre-nous-a-chronique-le-mystere-du-pont-gustave-flaubert.jpgAprès  les chroniques de l’écrivain-libraire Eric Darsan, du site Le Galion des EToiles, du blog de lecture TotalyBrune, de «Mes Mots de Vie» de Viou et ses drôles de livres, des blogs Satine’s Books et  ByKimySmile c’est au tour du blog Chez Cookies Entre Nous de vous inviter à lire «Le Mystère du pont Gustave-Flaubert»: «…L’idée loufoque de l’enquête sur le vol du vélo est complètement tordue mais elle nous permet de découvrir le monde de Gustave Flaubert!…» Pour lire, sur le Blog Chez Cookies Entre Nous, l’intégralité de cette chronique cliquez ici.

Merci à ChezCookies Entre Nous d’avoir aussi relayé sa chronique sur BabelioLivraddict

Si vous aussi vous voulez découvrir «Le Mystère du pont Gustave-Flaubert», vous le trouverez facilement dans toutes les bonnes librairies…

p1050656-1.jpgpar exemple à la Librairie L’Armitière 66, rue Jeanne d’Arc 76000 Rouen (cliquez ici), au Café Librairie Ici & ailleurs 31, rue Damiette 76000 Rouen (cliquez ici), à Evreux à la Librairie l’Orielle 10, rue Borville Dupuis 27000 Evreux (cliquez ici), à Mont-Saint-Aignan à la Librairie Colbert Chapitre, place Colbert 76130 Mont-Saint-Aignan (cliquez ici) à Amiens à la Librairie Martelle 3, rue des Vergeaux 80000 Amiens (cliquez ici) à Alençon à la Librairie Le Passage 8, rue du Bercail 61000 Alençon (cliquez ici), à la Librairie Des Vagues et de mots 84, rue de la mer 14150 Ouistreham (cliquez ici), à la Librairie Ryst 16, Grande Rue 50100 Cherbourg (cliquez ici), à la Librairie Banse 42, rue Alexandre Legros à Fécamp (cliquez ici) à la Librairie La Galerne 148, rue Victor Hugo 76600 Le Havre (cliquez ici). à Rennes à la Librairie Le Failler 8-14 rue Saint Georges 35000 Rennes (cliquez ici), à Périgueux à la Librairie Marbot 17, cours Montaigne 24000 Périgueux (cliquez ici), à Béziers à la Librairie Clareton 15, rue de la Coquille 34500 Béziers (cliquez ici), sur l’île de la Réunion à la Librairie Gérard 5 ter rue de la Compagnie 97400 Saint-Denis de La Réunion cliquez ici, à la Librairie Autrement 82-86 rue Juliette Dodu 97400 Saint-Denis de La Réunion (cliquez ici). Vous pouvez aussi le commander chez 41 librairies du réseau leslibrairies.fr (cliquez ici), sur le site Place des libraires (cliquez ici), sur le site Priceminister (cliquez ici), sur amazon.fr (cliquez ici). Bonne lecture!!!

ByKimySmile vous invite à découvrir Le Mystère du pont Gustave-Flaubert

p1040829.jpgAprès  la chronique «coup de coeur» du blog littéraire «Les Livres d’Aline»  les chroniques de l’écrivain-libraire Eric Darsan, du site Le Galion des EToiles, du blog de lecture TotalyBrune, de «Mes Mots de Vie» de Viou et ses drôles de livres, du blog Satine’s Books cette semaine c’est le blog ByKimySmile qui vous invite à découvrir «Le Mystère du pont Gustave-Flaubert»: «…Les personnages, quant à eux, spécialement Jules et Salammbô, sont très sympas et même attachants…» Pour lire, sur le blog ByKimySmile , l’intégralité de cette chronique cliquez ici.

Merci à Kim du blog ByKimySmile d’avoir aussi relayé sa chronique sur BabelioLivraddict et Hellocoton

Si vous aussi vous voulez découvrir «Le Mystère du pont Gustave-Flaubert», vous le trouverez facilement dans toutes les bonnes librairies…

p1050656-1.jpgpar exemple à la Librairie L’Armitière 66, rue Jeanne d’Arc 76000 Rouen (cliquez ici), au Café Librairie Ici & ailleurs 31, rue Damiette 76000 Rouen (cliquez ici), à Evreux à la Librairie l’Orielle 10, rue Borville Dupuis 27000 Evreux (cliquez ici), à Mont-Saint-Aignan à la Librairie Colbert Chapitre, place Colbert 76130 Mont-Saint-Aignan (cliquez ici) à Amiens à la Librairie Martelle 3, rue des Vergeaux 80000 Amiens (cliquez ici) à Alençon à la Librairie Le Passage 8, rue du Bercail 61000 Alençon (cliquez ici), à la Librairie Des Vagues et de mots 84, rue de la mer 14150 Ouistreham (cliquez ici), à la Librairie Ryst 16, Grande Rue 50100 Cherbourg (cliquez ici), à la Librairie Banse 42, rue Alexandre Legros à Fécamp (cliquez ici) à la Librairie La Galerne 148, rue Victor Hugo 76600 Le Havre (cliquez ici). à Rennes à la Librairie Le Failler 8-14 rue Saint Georges 35000 Rennes (cliquez ici), à Périgueux à la Librairie Marbot 17, cours Montaigne 24000 Périgueux (cliquez ici), à Béziers à la Librairie Clareton 15, rue de la Coquille 34500 Béziers (cliquez ici), sur l’île de la Réunion à la Librairie Gérard 5 ter rue de la Compagnie 97400 Saint-Denis de La Réunion cliquez ici, à la Librairie Autrement 82-86 rue Juliette Dodu 97400 Saint-Denis de La Réunion (cliquez ici). Vous pouvez aussi le commander chez 41 librairies du réseau leslibrairies.fr (cliquez ici), sur le site Place des libraires (cliquez ici), sur le site Priceminister (cliquez ici), sur amazon.fr (cliquez ici). Bonne lecture!!!

Tendance Ouest Rouen du 12 septembre 2013

tendance-ouest-12-septembre-2013.jpgAprès l’article de Côté Rouen d’hier, dans l »hebdomadaire Tendance Ouest Rouen du 12 septembre 2013 vous trouverez, en page 7, un article intitulé «Je suis un écriveur». Il s’agit bien de moi… Il y est question de «Ramsès au pays des points-virgules» ainsi que de mon roman rouennais «Le Mystère du pont Gustave-Flaubert».

Et bien sûr cet article n’oublie pas de mentionner que j’anime des ateliers d’écriture au Café Librairie Ici & ailleurs. Ils commencent demain vendredi 13 septembre. Pour en savoir plus cliquez ici. N’oubliez pas de me contacter pour participer.

Pour lire ce numéro de Tendance Ouest Rouen en ligne cliquez ici.